Les Civilisations du Soleil de Colombie

  • Publié par Laurence & Gérard LENFANT

On trouve plusieurs "Civilisations du Soleil" en Colombie. Celles du Nord : Sinu (de 450 à 1500), Taïrona (de 600 à 1560), Muisca (de 700 à 1560) ; et celles du Sud-Ouest : Calima (de 300 à 1200), Quimbaya (de l'an 0 à 1000), San Agustin (de 500 avant à 500 après Jésus-Christ) et Tolima (de 300 à 1000).

cuidad perdida

Le soleil et l'or pour les cultures Sinu, Taïrona, Muisca, Calima, Quimbaya, San Agustin et Tolima

L'or, métal précieux est très souvent une valeur marchande incontournable mais pas pour les indiens précolombiens. Il représente pour eux la lumière, la brillance des éclats du soleil, astre générateur de vie. Les offrandes prennent encore plus de valeur lorsqu'il s'agit d'objets en or. Grâce aux témoignages des anciens, on arrive à mieux cerner la signification de l'or dans les civilisations du soleil, ce dernier est l'emblème masculin de l'univers, il ressuscite le monde à chacune de ses réapparitions. On prie le soleil lors de cérémonies rituelles pour qu'il irradie de ses rayons et qu'il transmette son énergie à la nature et fait prospérer les cultures. Les bijoux et pièces en or étaient fréquemment exposés pour se recharger en énergie positive. Le soleil pour les indiens précolombiens est le créateur de l'univers grâce à la puissance de sa lumière jaune. Pour eux, la terre est un disque, d'un côté dans le monde d'en haut il y a les humains, sur l'autre face, le monde d'en bas il y a les morts. Dans le monde d'en haut, il y a la présence de plusieurs disques superposés qui possèdent chacun ses propres pouvoirs. Seul le Chaman peut y avoir accès après avoir absorbé certaines drogues. Dans la huitième couche du ciel règne Dieu, représenté sous la forme d'un humain vêtu d'or. L'or transmet à la terre son pouvoir c'est pourquoi on retrouve des objets usuels en or ou Tumbaga (alliage d'or et de cuivre chez les Taïronas), tels que des hameçons (culture Calima), des hâches chez les Narinos, ou encore des propulseurs chez les Muiscas.

Les parures des civilisations du soleil

Ces bijoux représentaient souvent des personnages issus de la mythologie ou des animaux importants. Ainsi, le Chaman lors de cérémonies rituelles, se transformait en jaguar, animal puissant que les précolombiens pensaient créé par le soleil. La grenouille est très présente aussi, elle est d'après une légende, la première femme du soleil et représente la féminité. On retrouve des rapaces, des insectes et des batraciens censés représenter le cycle de la vie. Le monde souterrain, celui de la mort, est peuplé de chauve-souris et de chouettes. Les reptiles ont une place importante également. Le temps, qui n'est pas linéaire pour la pensée précolombienne, est représenté par une simple ou double spirale sous forme de coquillage. Oiseaux, félins et serpents étaient associés à l'air, la terre et l'eau.

bijoux civilisation du soleil

On ne pouvait porter des bijoux ou ornements en or que si l'on faisait partie du monde religieux ou politique. Le Chaman est le chef religieux par excellence, c'est celui qui créé le lien entre les humains et la nature, entre les dieux et les hommes. Il est là pour maintenir l'équilibre. Le cacique avait la double fonction de chef (homme de guerre) ou de de prêtre (chef religieux). C'est souvent lui qui subit les phases de transformations pour devenir "homme-animal", ceci grâce à la "coca" drogue considérée par les précolombiens comme "la plante de la connaissance". On couvrait aussi les hommes d'or lors de leur mort qui n'était considérée que comme un état provisoire et ils étaient enterrés avec des objets de leur quotidien.

Les bijoux Taïronas

Plusieurs cultures utilisent l'or pour les bijoux et ornements dont les Taïronas qui résident dans le Nord du pays. C'est la culture sur laquelle nous mettons l'accent dans cet article puisque nous en présentons quelques exemples sur notre site. Les conditions de production de l'orfèvrerie sont moins favorables dans cette partie du pays contrairement à celles du Sud-Ouest. Cela obligeait les indiens précolombiens à troquer l'or contre du sel, des plumes d'oiseaux tropicaux ou des émeraudes. C'est pour pallier cette carence en or pur que les orfèvres le mélangèrent au cuivre créant ainsi le fameux Tumbaga grâce à une méthode de fabrication à la cire perdue.

grenouille en tumbaga

On y observe quelques différences de travail d'orfèvrerie mais de grandes similitudes dans les thèmes abordés. On note cependant plus de points communs entre les cultures Taïrona et Muisca. Les Taïronas habitaient les zones côtières de la Sierra Nevada et semblent être arrivés par la mer avant de s'installer des siècles plus tard dans la montagne. L'apogée de l'ère Taïrona se situe après l'an 1000. Les objets et bijoux représentés ont une profonde connotation symbolique. Fondu à la cire perdue, poli, et nettoyé, l'alliage de cuivre donnait la couleur du soleil. Ces pièces étaient destinées à des rituels, on retrouve des diadèmes, des narigueras, des pectoraux ou des colliers. Ces ornements exagéraient volontairement les traits du visage et même les déformaient pour se rapprocher de l'animal. Certains visages dévoilent des crocs faisant penser à ceux de la chauve-souris. L'homme ainsi devenu chauve-souris porte également un aigle sur la tête ainsi qu'une ceinture "serpent à la langue fourchue à la taille" et un naviguera en forme de papillon (symbolique du jaguar). 

L'essor de ces civilisations fut stoppé par l'arrivée des conquistadors. On peut aujourd'hui encore admirer ces magnifiques objets au Musée de l'Or de Bogota.

Découvrez nos bijoux Taïrona en Tumbaga dans la galerie Archéologie Précolombienne.

précédent